LA DOULEUR, PARLONS-EN

La douleur est un symptôme invisible
qui survient chez plus de 50 % des patients atteints de maladies neurodégénératives.

Parlez-en à votre médecin.

La douleur ne fait pas partie des symptômes « classiques » qu’on envisage devant une maladie neurodégénérative. Pourtant, elle concerne plus de la moitié des patients souffrant de la maladie de Parkinson, de la maladie d'Alzheimer ou de sclérose en plaques. Malgré sa fréquence et son retentissement majeur sur la qualité de vie des patients et de leur entourage, la douleur est encore insuffisamment prise en compte dans le traitement de ces maladies.

Il existe différents types de douleurs, mais les plus pénibles et souvent les plus difficiles à traiter, sont les douleurs chroniques, c'est-à-dire des douleurs qui persistent pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Elles peuvent avoir de multiples causes, mais elles sont le plus souvent déclenchées ou aggravées par la maladie neurologique.

Ces douleurs qui aggravent considérablement le handicap lié à la maladie neurologique doivent être traitées pour elles-mêmes, indépendamment du traitement de la maladie neurologique. Il est donc capital de les identifier et de bien évaluer leur impact à la fois physique et psychologique, idéalement en s’appuyant sur des centres spécialisés multidisciplinaires, pour en déterminer les mécanismes et trouver la solution thérapeutique la plus adaptée à chacun.

Il arrive qu’en cas de troubles du comportement, on administre un calmant au lieu d’un antalgique.

(suite...)

Photo :

Inserm/U837

La douleur est une préoccupation majeure pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

(suite...)

Photo :

Inserm/Hirsch, Etienne

La douleur est rarement le premier symptôme auquel on pense lorsque l’on évoque le diagnostic de sclérose en plaques.

(suite...)

Photo :

Inserm/Hemmerlé, Joseph

© 2018 ITMO Neurosciences, sciences cognitives, neurologie et psychiatrie - Aviesan

pain 1